Projet République du Congo

Contexte

L’initiation du Projet Bene est le fruit d’une rencontre imprévue entre l’équipe en charge du projet télé-échographie en direct mis en œuvre grâce à un partenariat entre l’association Diabaction Congo et le Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine (HUG - Genève). Ce projet qui consiste à former à l’échographie obstétricale les agents de santé se trouvant en situation d’isolement, à l’intérieur du Pays a eu recours à la sensibilisation des communautés pour la visibilité de ses activités. Ainsi l’équipe du projet s’est-elle retrouvée à Bene, un village pygmées situé non loin de Gamboma, dans le Département des Plateaux.

De la sensibilisation, l’échange direct avec la population de ce village essentiellement autochtones a évolué pour tourner autour de la problématique de l’éducation des enfants et leur épanouissement socio-culturel.Pour les enseignants du village la problématique de l’éducation réside fondamentalement dans leur difficulté d’accès aux supports des cours (mathématiques, physique, français, sciences, agriculture, hygiène...) ; Pour le chef du village cette même problématique se trouve, pour les jeunes, dans leur décrochage scolaire prématuré ;Et, les parents expliquent cette problématique de l’éducation de leurs enfants par leur faiblesse économique extrême expliquant ainsi leur impossibilité à soutenir financièrement la scolarité des enfants, notamment au-delà du cycle primaire. 

Partenaire local

S’inspirant des nobles idéaux des mutualisations des potentiels, la vision du GABS (Groupement des Artisans Bucherons et Scieurs ) est de se placer aux antipodes des valeurs mercantilistes débraillées et œuvrer pour un monde plus solidaire, plus équitable.Cette association oriente ses actions vers l’éclosion des forces socio-économiques communautaires et solidaires. Elle vise à contribuer à l’amélioration de la qualité du confort de vie, des conditions de vie des communautés notamment paysannes. 

But

​Création d’une coopérative afin d’améliorer le système économique, éducatif et de santé pour soutenir l’accès à l’éducation des enfants autochtones.

Action

(Ce projet est actuellement en phase de pré-financement)

Le projet repose sur la conviction que l’épanouissement socio-économique des parents autochtones pygmées consécutif à l’exercice d’une activité solidaire créatrice de revenu durable influencera l’épanouissement du jeune enfant pygmée puisque l’incidence de l’abandon scolaire et de redoublement de classes s’en trouvera réduit.

Marqué du sceau de la solidarité et de la mutualisation des potentiels, le projet se propose de créer une synergie articulée autour de l’objectif de l’atténuement de la misère et de l’analphabétisme.

Projet pilote, le projet Bene devrait être étendu aux autres communautés pygmées et devrait adoucir leur existence.

 

A court terme, le projet se propose d’acquérir un matériel d’exploitation agricole approprié pour la production semi- mécanisée des denrées agricoles (ignames de Gamboma, manioc, maïs, curcuma...). Parallèlement et articulé à cette composante, il entend exploiter la fibre culturelle communautaire pour penser une alternative communautaire novatrice devant faire éclore des groupements coopératifs de planting des denrées dont certaines leurs sont déjà familières. A maturité et après récolte, la distribution/commercialisation de ces denrées se fera à travers un réseau de commerce associé.

A l’issu de la première année de planting, le produit financier du projet alimentera un « fond » socio-éducatif. Une autre partie couvrira le revenu familial qui assurera l’épargne et la constitution du filet de sécurité alimentaire des ménages. Enfin, une autre partie servira à l’amortissement du matériel d’exploitation agricole ainsi que la reconstitution du fond de roulement.

Les enfants et les jeunes scolarisés et à leur majorité pourront se réunir en groupe tout autant pour se porter caution solidaire les uns et les autres à l’instar de leurs parents et ainsi intégrer des organisations de production solidaire ou de distribution associée ou labellisée. Aussi, trouveront-il, à terme, une réponse novatrice, originale et appropriée. Gage pour eux, à leur insertion socio-économique ainsi qu’à leur mobilité socio-professionnelle.

Intervention de Human Project

En février 2018, un travailleur social et deux médecins en formation, tous bénévoles de Human Project, se rendent au Congo Brazzaville dans le cadre d’un projet de télémédecine en lien avec l’association Diab’action Congo.

La rencontre avec la population du village Pygmée de Bene, le diagnostic partagé sur les différentes difficultés au sein du village et les pistes de réflexion qui découlent de ces échanges, conduisent l’ensemble de l’équipe à construire un groupe de travail à leur retour à Brazzaville.

 

Des synergies locales se mettent en place avec l’association GABS, spécialistes de l’insertion socio-économique des populations économiquement faibles qui sera le porteur de projet principal au Congo.

 

De retour en Suisse, le comité de Human Project a évalué comment il pouvait répondre à certains besoins pour le projet Bene en termes de mise à disposition de compétences ainsi que de soutien financier.

La décision a donc été prise de soutenir ce projet dans sa phase de mise en place, de recherche de fonds mais en intégrant dès le départ le souci de pérennisation des activités.

 

Actuellement, Human Project œuvre sur deux axes :

 

 

1.     Accompagner la phase de construction du projet afin de pouvoir rechercher des fonds en Suisse.

 

Durant cette phase, de longs échanges ont lieu régulièrement afin d’affiner le projet qui se construit au Congo en tenant compte des contraintes locales mais aussi des exigences Suisses afin de présenter un projet éligible pour les recherches de fonds. Nous sensibilisons aussi l’association GABS à la recherche de manière locale d’entreprises partenaires afin de diminuer le coût du projet (don de matériel agricole, acheminement de matériel, dispense de formation, etc…).

 

Le travail à un projet viable, renouvelable et transposable est la clé de la réussite de la finalité qui est de pouvoir étendre ce projet pilote à différents villages Pygmées (potentiellement une centaine).

 

 

2.     Lancement du projet et suivi

 

Human Project veille à travailler en anticipation notamment pour qu’un suivi sur l’année soit prévu dans la mise en place de la coopérative, la formation, le suivi du produit et des récoltes.

De plus, une fois que le projet sera en mesure d’être lancé (prévision : janvier à avril 2019), un audit local devra évaluer et pouvoir modéliser ce projet dans ses différentes étapes en tenant compte des difficultés rencontrées.

 

Human Project présentera ce modèle à la communauté internationale en Suisse afin de sensibiliser aux différents enjeux que vit la population Pygmée au Congo et une solution possible de révolution tranquille pour d’autres villages.